How to Leverage Social Proof (Without Looking Like an Idiot)

63% of customers are more likely to make a purchase from a site which has user reviews. Or a simple security seal can increase your sales by 42%. It’s because TRUST is by far the most important factor in a person’s purchase decision.

Imagine if I told you that I’m the best internet marketer on the planet. I can help drive sales by bringing new visitors to your website, converting them into subscribers and customers, and boost your overall revenue.

You probably wouldn’t believe me. Or worst, you would think that I’m full of myself.

But what if someone else told you that about me?

Maybe this other person said: “You should really check out Syed’s work. He has a YouTube channel with quarter billion video views. He runs the largest WordPress resource site, and his lead-generation plugin helped me boost my conversion rate by 420%.”

Now you would probably want to check out my work :)

That’s SOCIAL PROOF and it’s powerful because it triggers emotion.

In the article posted by Syed Balkhi, he stated 9 clever ways to leverage social proof with examples that you can add on your site to boost sales and conversions :

1. Customer Testimonials

2. Media and Mentions

3. Celebrity / Authority

4. Co-Hosted Webinars or Interviews

5. Case Studies

6. Number of Shares

7. Number of Followers

8. Important Stats

9. Trust Seals

Read the full article for details via this link 9 Ways to Leverage Social Proof Without Looking Like an Idiot

 

Faut-il un diplôme pour réussir ?

Les créateurs des entreprises qui dominent l’Internet mondial aient tous abandonné leurs études ou oublié de passer leur diplôme, ou ratés leur licence par faute de capacité. Ils étaient trop occupés à changer le monde et à devenir des milliardaires – a faire toutes choses qui ne s’apprennent pas sur les bancs de la fac.

Et de fait, même s’il existe quelques exceptions, la liste des déserteurs est éloquente : Steve Jobs (Apple), Bill Gates (Microsoft), Michael Dell (Dell Computers Corporation), Mark Zuckerberg (Facebook), Jack Dorsey et Evan Williams (Twitter), Jan Koum (WhatsApp), Hiroshi Yamauchi (Nintendo), Sergei Brin et Larry Page (Google).

L’exemple de ces hommes riches, célèbres et admirés de tous alimente un courant de pensée diffus. Son credo : utiles pour les jeunes gens ordinaires, les études universitaires s’avèrent inutiles pour les plus brillants. Nuisibles même.

L’université leur inculque le conformisme, bride leur élan créatif, les incite à rester dans les sentiers battus c’est-à-dire les salariés, les demandeurs d’emploi ou les  chômeurs et non, en des créateurs de richesses et d’emplois.

L’éducation est utile ! Mais ce ne sont pas les gens qui accumulent des diplômes qui sont devenus milliardaires. Ce sont plutôt ceux qui abandonnent leurs études soit à cause de problème financier ou qui partent vers de nouveaux horions et entament l’aventure entrepreneuriale. Voici une liste des hommes cité plus haut :

Steve Jobs, non diplômé de Reed College

Societe : Apple Université : Reed College Fortune : entre 6.5 et 7 milliards de dollars (en 2011) Après avoir terminé ses études au Homestead High School de Cupertino (Californie) en 1972, Steve Jobs s’inscrit au Reed College de Portland dans l’Oregon où 1974, il abandonna ses études après un semestre, tout en continuant à suivre des cours en auditeur libre. C’est ainsi qu’il suivit de très bons cours de calligraphie, ce qui aura une importance fondamentale plus tard. Pendant l’automne 1974, il retourna en Californie et commença à assister aux réunions du Homebrew Computer Club avec Steve Wozniak. Il put obtenir un emploi dans la société Atari afin de programmer des jeux vidéo avec son ami, Steve Wozniak, c’est avec l’aide de ce dernier qu’il révolutionné le monde de l’informatique, de la musique et de la téléphonie mobile, son but principal étant de faire des économies pour partir faire une retraite spirituelle en Inde.  Au moment de sa mort, sa fortune totale était à environ 7 milliards de dollars. L’argent n’était pas sa priorité, comme il a dit un jour : « Etre l’homme le plus riche du cimetière ne m’intéresse pas… Me coucher le soir en me disant que j’ai mis au point un système genial, c’est ca qui m’importe. »  

Bill Gates, non diplômé d’Harvard

Societe : Microsoft Université : Havard Fortune : 81 milliard de dollars William ‘Bill’ Henry Gates III (né le 28 octobre 1955) est le fils d’un avocat et d’une institutrice. Bille Gates a intégré Harvard en 1973 mais il a abandonné ses études deux ans plus tard pour élaborer un programme pour l’Altair 8800, l’ancêtre de l’ordinateur. Les débuts de ce qui deviendra plus tard une entreprise très prospère, Microsoft. Paul Allen, son cofondateur, etait dans la même université que lui. Bill Gates est demeuré PDG de Microsoft jusqu’en 2000, avant de devenir le président de la société. Aujourd’hui, il sert de conseiller technologique a Satya Nadella et se concentre sur les œuvres de bienfaisances grâce à la Bill & Melinda Gates Foundation. En 2007, il a reçu un titre honorifique de l’université d’Harvard lorsqu’il a prononcé un discours a la cérémonie de remise des diplômés.

Michael Dell, de la biologie à l’informatique

Societe : Dell Université : Austin Texas Fortune : 18.8 milliards de dollars Michael Saul Dell (né le 23 février 1965) commence ses études de médecine à l’Université du Texas alors qu’il est déjà propriétaire d’une petite entreprise informatique. Grâce à un prêt de ses grands-parents, il arrête ses études à l’âge de 19 ans et crée Dell Computer Corporation qui deviendra un des plus grands fabricants de PC dans le monde. Michael Dell était en première année à l’Université d’Austin lorsqu’il a pris la décision de raccrocher. Il étudiait la biologie, mais c’était l’informatique qui l’enthousiasmait réellement. En 1984, il a fondé la Dell Computer Corporation et en a fait en empire international en l’espace de trente ans. Michael Dell fut le plus jeune PDG a figurer dans la liste des Fortunes 500 en 1992. En 2013, il a introduit en bourse le groupe pour 24.9 milliards de dollars et exerce actuellement la fonction de directeur et de président.  

Mark Zuckerberg, un an et demi d’université et puis s’en va

Société : Facebook Université : Harvard Fortune : 34 milliards de dollars Mark Elliot Zuckerberg, né le 14 mai 1984, est un programmeur prodige et l’entrepreneur web le plus en vue ce dernier temps. Mark Zuckerburg a quitté Harvardau cours de sa deuxième année pour se concentrer sur la gestion de Facebook. A 30 ans, il demeure le PDG et le président du groupe depuis sa création en 2004. Facebook a été introduit en bourse en 2012 et vaut aujourd’hui plus de 200 milliards de dollars. Le réseau social a recensé 1.32 milliards d’utilisateurs actifs en juin 2014 et a généré plus de 7.8 milliards de dollars de revenus l’année dernière.  

Jack Dorsey, d’une université à l’université…

Société : Twitter Université : New York Fortune : 2.6 milliards de dollars Jack Dorsey fait partie de l’equipe à l’origine de Twitter et il est egalement le fondateur et le directeur de Square. Il a fréquenté l’Université des Sciences du Missouri avant celle de New York, qu’il a également laissé tomber pour démarrer Twitter. Il possède actuellement 5% des parts de Twitter et en est le président. Il fait également partie du conseil d’administration de Disney.  

Jan Koum, d’étudiant à salarié de Yahoo

Societe : WhatsApp Université : San Jose State Fortune : 7.6 milliards de dollars Jan Koum a mis au point WhatsApp, la société de messagerie mobile acquise par Facebook en 2014. Il étudiait les mathématiques et l’informatique a l’Université de San Jose State avant de renoncer a ses études et de travailler chez Yahoo, qu’il a quitté en 2007 après 9 ans de service. Jan koum aurait gagné 6.8 milliards de dollars lors de l’achat pour 19 milliards de WhatsApppar Facebook.

Hiroshi Yamauchi, celui qui a fait Nintendo

Societe : Nintendo Université : Waseda Fortune : 2.1 milliards de dollars Hiroshi Yamauchi a été le troisième président de Nintendo, une fonction qu’il a exercée pendant 55 ans, avant de prendre sa retraite en 2005. La transformation de Nintendo, petite société de Cartes graphiques, en empire du jeu vidéo, lui revient largement. Il a quitté l’université de Waseda pour diriger Nintendo, une affaire familiale que son grand-père avait fondée en 1889. Hiroshi Yamauchi est mort en 2013 à l’âge de 85 ans.

Quant à Sergei Brin et Larry Page, les créateurs de Google, ils ont décroché leur licence d’informatique, mais ont renoncé à passer une maîtrise, manifestement pas faute de capacités.

Conclusion Je ne publie pas cet article pour décourager ou déconseiller l’étude universitaire aux jeunes gens mais plutôt à les inspirer de ne pas se laisser hypnotisé. La réussite ne dépend pas forcement des études, des diplômes, des licences mais plutôt de vous. C’est à vous de créer votre avenir ! Comme a dit la Bible : Ce ne sont pas aux hommes rapides qu’appartient la course mais Un auteur a dit : l’éducation formelle… Ca nous aide comprendre que la réussite dépend non pas des études faites à l’école mais des autoformations, des échecs, des expériences de la vie.    

Sources: Le Monde, Steves Jobs, JDN, Jobat

Tout le monde est né riche…

Cet article m’a été envoyé par Franck de PenséePositive.net via email aujourd’hui.

 Mon meilleur ami m’a demandé avant-hier de regarder un verre rempli
à 50 % de vin.

 Comment décrirais-tu ce verre? Comment est-il rempli?

 “Ah, ah, me suis-je dis, je connais la réponse! Les personnes négatives disent “A moitié vide”, et les personnes positives “A moitié plein”.

 Je vais donc répondre “A moitié plein”…

“A moitié plein”

“Faux”

“Comment faux, tu ne vas quand même pas me dire qu’il est à moitié vide?”

“Bien sûr pas. Réfléchis encore”

Là, j’ai été bloqué.

“Rempli à 50 %?”

“Non, pas du tout: ce verre est…
COMPLETEMENT REMPLI!!!”

“Comment cela, tu vois bien qu’il n’est pas complètement rempli!”

“Mais si voyons: Il est rempli à 50 % de vin et à 50 % d’air!”

Ouch! C’est pourtant vrai et je n’y avais pas pensé.

 Y a-t-il comme cela beaucoup de choses que nous considérons vides et qui ne le sont pas?

Prenez votre richesse, par exemple.

Combien valez-vous? Êtes-vous millionnaire?

Non?

Eh bien si, vous êtes millionnaire et vous ne le savez pas.

Combien venderiez-vous votre main droite? Et votre gauche? Et vos yeux? Seriez-vous prêt à vendre pour un million vos yeux? Et vos jambes? Vos sens?

Il y a de grandes chances que vous ne soyez pas prêt à vendre tout cela pour plusieurs millions.

Mais vous n’avez pas que cela. Prenez votre créativité par exemple: elle vaut des millions. Votre personnalité aussi, car vous êtes unique.

Vous me direz, c’est bien gentil, tout cela, mais cela ne me rend pas riche pour autant.

FAUX

Votre richesse est considérable, mais vous avez en vous un mécanisme qui la réduit à néant.

En fait tout ce qui pourrait vous rendre riche est vaincu par des forces contraires: la peur de la pauvreté, le manque de confiance, la crainte de  l’opinion d’autrui, et tout ce que cette petite voix intérieure vous dit sur les raisons de votre malchance: “Ce sont les autres, les circonstances, le manque d’occasion, mon entourage, laconjoncture économique, la mondialisation, les méchants qui m’ont trompé…”

Tant que vous ne saurez pas comment vaincre cette petite voix qui annule votre richesse, vous resterez comme les autres. Vous rêverez de richesses que vous n’atteindrez jamais.

Vous pouvez continuer à vous plaindre. Et à vous convaincre que la vie, c’est cela. Ou vous pouvez réagir.

Vous trouverez une aide ici:
  >>> Le verre est-il à moitié vide… ou à moitié plein? – Ni l’un, ni l’autre!

Mais attention, si vous continuez à penser que vous n’êtes pour rien dans la situation dans laquelle vous vous trouvez, ne cliquez pas.

Si vous pensez que la richesse est pour les autres et pas pour vous, ne cliquez pas.

Si vous pensez ne pas mériter un sort meilleur, ne cliquez surtout pas. Vous seriez déçu.

Peut-être avez-vous vu un jour ce reportage sur un groupe de passagers dont l’avion s’est écrasé dans les Andes et qui ont dû subir les atteintes du froid, de la faim, et même manger dela chair humaine pour survivre. Ceux qui s’en sont sortis ont tous eu des destins extraordinaires: grands hommes ou femmes d’affaire, artistes, créateurs(trices) ou hommes politiques exceptionnels.

Que s’est-il passé?

Ils ont vécu une expérience qui les a mis en contact avec la fragilité de la vie, et la richesse fantastique qu’elle représente.

Ils ont eu des peurs bien plus graves que nos peurs ordinaires et les ont surmontées. Ils ont dépassé leurs limites et se sont rendu compte qu’ils s’étaient toujours imposés par le passé des limites artificielles, qui ont
éclaté.

Faites éclater vos limites vous aussi. Cliquez sur
   >>> Le verre est-il à moitié vide… ou à moitié plein? – Ni l’un, ni l’autre!

Votre verre est plein. Il suffit d’u déclic mental pour le voir – et en tirer les conséquences.

 Votre ami,
Franck