Categories
Uncategorized

Fonds propres ou dettes financières ?

Fonds propres ou dettes financières ?

Cet a été publié par Phil  sur le site culturefinanciere.com, le10 août 2015 

Au début de ma vie d’investisseur, je m’étais demandé pourquoi les chefs d’entreprises finançaient-ils parfois leurs projets avec l’argent des actionnaires et parfois avec celui descréanciers. Quels sont les avantages et les inconvénients de ces deux types financements pour une entreprise ? Voici quelques éléments de réponse afin de mieux comprendre ces décisions stratégiques.

Les sources de financement
Les fonds propres
Les dettes financières
Le mot de la fin

Les sources de financement

On peut décrire le patrimoine d’une entreprise à l’aide de son bilan financier :

ActifsPassifsBâtiments, machines, stocks, trésorerie…Capitaux propresDettes financières

La partie droite représente les capitaux injectés dans l’entreprise (passifs) tandis que la partie gauche symbolise leurs utilisations (actifs).

En analysant ce bilan, on constate qu’il existe deux sources de financement différentes :

les capitaux propresles dettes financières

Ainsi dès qu’une entreprise désire financer un projet, elle doit choisir entre ces deux possibilités.

Les fonds propres

Les fonds propres (ou capitaux propres) regroupent l’argent apporté par les actionnaires et les bénéfices non distribués générés par l’entreprise lors de son fonctionnement.

Lorsque l’entreprise a besoin d’argent, elle peut réaliser une augmentation de capital auprès de ses actionnaires. Pour ce faire, elle va créer des nouvelles actions qu’elle va ensuite vendre, et le capital récolté ainsi va augmenter les capitaux propres.

Ce qui est très intéressant avec ce mode de financement c’est que le capital investi par les actionnaires n’a pas à être remboursé : en effet, les actionnaires ont reçu en contrepartie des actions. Ils sont maintenant co-propriétaires de l’entreprise : ils peuvent intervenir dans la gestion de l’entreprise et ils sont propriétaires des bénéfices dégagés par l’entreprise, à hauteur de leur participation bien entendu.

Le premier problème qui se pose est la dilution des actionnaires existants. Imaginons une entreprise dont le capital social est divisé en 10 actions. Comme une action est un titre de propriété, chaque action permet d’être co-propriétaire de 10% de l’entreprise (100/10).

Si lors d’une augmentation de capital, 2 nouvelles actions sont émises alors chaque action ne permettra plus que d’être co-propriétaire de 8% de l’entreprise (100/12), au lieu de 10% auparavant. Ainsi, on découpe le même gâteau (l’entreprise) en un nombre de parts plus importants (nombre d’actions) : autant dire que les anciens actionnaires ne vont pas forcément être contents de se retrouver avec une part du gâteau plus petite !

Enfin, notez que la rémunération des actionnaires (dividendes et rachats d’actions) est plutôt flexible : si l’entreprise éprouve des difficultés, elle peut tout à fait suspendre toutes rémunérations (via le conseil d’administration) afin de préserver sa santé financière.

Les dettes financières

Les dettes financières représentent le capital prêté par les créanciers (banques ou marchés financiers).

En contrepartie, l’entreprise paye des intérêts aux créanciers et s’engage à rembourser intégralement le capital emprunté.

En règle générale, la rémunération des créanciers (intérêts) coûte moins cher que celle des actionnaires (dividendes et rachats d’actions). Lors d’une faillite, les créanciers sont prioritaires sur la liquidations des actifs de l’entreprise : ils ont ainsi plus de chances d’être remboursé que les actionnaires. Comme ces derniers supportent plus de risques, ils demandent une rémunération supérieure.

De plus, l’utilisation de dettes financières augmente la rentabilité des capitaux propres : en périodes fastes, les actionnaires génèrent plus de bénéfices avec le même montant de capitaux propres.

Cependant, l’utilisation de dettes financières est plus contraignante et dangereuse : le capital emprunté doit être remboursé et les intérêts payés en temps et en heures, quelle que soit la situation financière de l’entreprise.

De plus, il n’est pas rare que des covenants accompagnent le contrat de prêt : ce sont des clauses qui peuvent entraîner le remboursement anticipé du prêt si la santé financière de l’entreprise se dégrade. Autant dire que ça peut faire très mal en période de récession de l’activité…

Le mot de la fin

Vous l’aurez sans doute compris : chaque source de financement a ses avantages et inconvénients et selon le contexte, il vaut mieux utiliser les fonds propres ou l’endettement.

Les fonds propres sont flexibles mais coûteux tandis que les dettes financières sont moins onéreuses mais plus dangereuses, notamment en périodes de difficultés économiques.

A bientôt !

By Junior MOISE

Hi, I’m Junior, a Software Engineer, WordPress enthusiast who loves building education products/solutions with a strong passion for online business. I recently developed a web app using WordPress that lets school, teachers create awesome website and manage their school activities in one place. I’d love to combine my passion for learning and teaching with my software development skills to continue building personalized learning useful products/solutions for people, entrepreneurs, small and medium business.